PONGO, à la rencontre des Orangs Outans

Un mois jour pour jour après sa sortie, nous avons le plaisir de consacrer notre revue de livre au magnifique ouvrage « PONGO, à la rencontre des Orangs Outans » du photographe Maxime ALIAGA. 

Photographe naturaliste d’une trentaine d’année, Maxime ALIAGA témoigne d’une passion intarissable pour la nature. Il s’engage, de par son travail, à participer activement à la conservation des espèces animalières en danger. Représenté par l’agence Naturagency et ambassadeur de la marque Canon, il est également Membre de la ligue internationale des photographes de conservation. 

Il s’implique régulièrement au sein de missions de scientifiques afin de mettre en image les différentes étapes de leur travail.

En 2017, il est le premier à photographier l’Orang-Outan de Tapanuli, officialisé la même année comme la troisième espèce d’Orangs-outans. Ses photographies ont alors fait le tour du monde en presse pour illustrer cette découverte. 

Il explique, dans le podcast qui lui est consacré, qu’il a été amené à marcher plus de 7 heures et à vivre des semaines entières sous des bâches dans les forêts tropicales de Sumatra et de Bornéo afin de pouvoir récolter les images issues de son livre. 

PONGO, livre d’art « coup de cœur » de Collection Miwa, est le tout premier livre français exclusivement consacré aux orangs-outans. 

Dès la prise en main de cet ouvrage, PONGO vous communique des émotions. Dans un premier temps, vous avez l’impression de caresser un orang-outan de par la texture de la couverture du livre. Ensuite, l’expression du regard « humain » et vulnérable de l’animal vous invite à partir à sa rencontre. 

Au-delà de constituer un ouvrage dont la rareté des images nous immerge avec douceur, respect et fascination dans l’univers de cette espèce, ce beau livre est éducatif.  

Ses photographies sont accompagnées de textes qui expliquent, entre autres, son évolution, son anatomie, son mode de vie… L’auteur nous décrit aussi chacune des habitudes qu’il a pu observer allant même jusqu’à témoigner de la tendre éducation d’un petit orang-outan.

Maxime ALIAGA a réussi à capturer de sublimes et uniques moments de vie de l’« homme de la forêt » ( « orang-outan » en Malais) avec lequel une proximité s’installe au fil de la lecture de cet ouvrage. 

Mais surtout, l’auteur nous rappelle qu’au cours du dernier siècle, plus de la moitié de cette espèce a disparu du fait de l’activité humaine : déforestation et urbanisation intensives, braconnage, trafic illégal d’espèce sauvages etc.

En effet, «[…] Aujourd’hui un seuil critique est atteint […] En à peine 40 ans, l’activité humaine a décimé plus de 60% des animaux sauvages […]»

A ce sujet, l’ouvrage est imprimé par Escourbiac l’Imprimeur sur du papier durable qui ne participe pas à la déforestation et certifié IMPRIM’VERT. 

Même si des ONG locales se battent pour assurer sa protection et préserver leurs écosystèmes l’orang-outang est en voie d’extinction. 

Dans la deuxième partie de son livre de photographies, Maxime ALIAGA arrive avec brio à nous exposer le danger de l’homme face au rôle crucial des forêts tropicales et de la biodiversité.  

Francis HALLE, auteur de la Préface de PONGO, nous ramène également à la triste réalité : 

« (…) Au train où vont les choses, les dernières forêts de Sumatra et de Kalimantan ne tarderont pas à être défrichées et les derniers orangs-outangs, s’ils ne meurent pas dans la déforestation, vivront alors en captivité. On en conviendra : Maxime ALIAGA aura eu le grand mérite de sauvegarder la mémoire de nos merveilles perdues ; grâce à lui, nous pourrons continuer à les admirer. 

Pongo ? Une lutte contre l’oubli ».   

Maxime ALIAGA a mis toute son énergie et son savoir-faire afin de nous transmettre ce magnifique livre dans un unique but : sensibiliser l’homme et les entreprises multinationales sur cette espèce et créer un impact sur sa conservation. 

A cet effet, une partie des recettes issues des ventes permet, à ce titre, à Maxime ALIAGA de procéder régulièrement à des dons auprès du Programme de Conservation des Orangs-Outans de Sumatra (SOCP) afin de soutenir leur remarquable travail.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés